Saviez-vous que ?

Un chef-d’œuvre pictural passé de plus ancien vitrail figuré de l’art occidental à énigme restant à résoudre.
© Photo R.A.N.
Un chef-d’œuvre pictural passé de plus ancien vitrail figuré de l’art occidental à énigme restant à résoudre.
© Photo R.A.N.
A-  |  A+
L’abbatiale Saint-Pierre-et-Paul de la capitale de l’Outre-Forêt recèle bien des trésors artistiques. L’un d’entre eux bat des records de grandeur, un autre donne la migraine aux experts en datation.

C’est la fresque médiévale la plus monumentale de France et d’Allemagne. On se sent tout petit devant cette peinture de 11 mètres de haut qui s’élance le long du mur est du bras sud du transept. Située entre le chœur et la chapelle de la Vierge, cette performance picturale fut découverte en 1862 après avoir été débarrassée de trois couches de badigeon. Le géant tient l’Enfant Jésus sur son bras gauche tout en s’appuyant, de la main droite, sur un bâton fleuri. Les pieds dans l’eau, il rappelle l’épreuve à laquelle fut soumis le saint patron des voyageurs quand il aida le Christ à traverser un fleuve tumultueux. Plus il avançait vers le milieu du fleuve, plus l’enfant pesait lourd sur les épaules de cette force de la nature. Ce n’est qu’une fois parvenu sur l’autre berge que l’enfant révèlera son identité à Christophe de Lycie, dit « Le Réprouvé ». Et c’est ainsi que le géant devint « Christophe », porteur du Christ Roi (du grec Kristos « Christ » et phorein « porter »). Il est également le patron des automobilistes, des soldats, de l’armée, du train… Ce qui explique son extrême popularité chez les habitués du volant.

Un Saint Christophe de 11 mètres de haut décorant le transept de l’abbatiale de Wissembourg. © Photo OT Wissembourg

Un Saint Christophe de 11 mètres de haut décorant le transept de l’abbatiale de Wissembourg.
© Photo OT Wissembourg

Mais à qui est ce regard ?

Côté vitrail, c’est dans la crypte de l’abbatiale que le Christ fait parler de lui. Installé dans un oculus en grès se trouve ce qui fut considéré il y a peu comme le plus ancien vitrail figuratif de l’art occidental. Mais ceci n’est qu’une très belle copie de l’original, acquis en 1922 par la Ville de Strasbourg et pieusement conservé au musée de l’Œuvre Notre-Dame. Baptisé Christ de Wissembourg, le vitrail représente la tête du Sauveur, un chef-d’œuvre pictural daté à l’origine du 11e siècle, datation basée sur la période où fut construite l’église romane de l’abbaye de Wissembourg dont il est issu. Aujourd’hui les spécialistes, après avoir refait leurs comptes, estiment que le Christ en question serait contemporain d’une Vierge à l’enfant de l’abbatiale, vitrail daté du troisième tiers du… 12e siècle. Et de s’interroger également sur l’identité de la mystérieuse représentation appelée Christ « par tradition ». Mais quel saint ou prophète se cache donc derrière cette figure énigmatique ? Gageons que cette œuvre étonnante continuera à faire couler de l’encre parmi les spécialistes ou amateurs d’art sacré. En attendant, elle n’a rien perdu de la puissante expression émanant de sa figure primitive.


En savoir +

Office de Tourisme de Wissembourg

Coordonnées

Tél. : 03 88 94 10 11