Hunspach et ses « grands blancs » à colombages

© RAN
© RAN
A-  |  A+
Accès au contenu enrichi :Diaporama
Entre Haguenau et Wissembourg, la ravissante commune classée Plus beau village de France porte toutes les promesses de découvertes singulières en pays d’Outre-Forêt.
La somptueuse couronne à fleurs, attribut de la mariée d’Outre-Forêt, portée ici par Elodie Blattner, membre du fameux groupe folklorique des D’Kochloeffel.

La somptueuse couronne à fleurs, attribut de la mariée d’Outre-Forêt, portée ici par Elodie Blattner, membre du fameux groupe folklorique des D’Kochloeffel.

Ils vous voient mais vous ne les verrez pas. C’est que les Hunspachois ont installé chez eux, en guise de fenêtres, les plus grands judas jamais fabriqués de mémoire d’Alsacien. Les habitants, certes, ne sont pas tous fils et filles de vitriers, même si dans leur village on peut se procurer de splendides tissus à… carreaux ! Résultat, les verres bombés que l’on remarque dans les ouvertures des façades leurs permettent de voir de l’intérieur sans que l’on pénètre dans leur intimité. Du grand art que cette visibilité à sens unique.

Autre manifestation de leur savoir-faire, le puits à balancier (Schwenkelbrunne). Avant l’eau courante, un levier à bascule en bois lesté d’un contre poids faisait remonter l’eau des entrailles de la terre. Un superbe exemplaire toujours actif trône dans la cour de l’école.

Et les bancs, qu’en direz-vous ? Des bancs d’époque Napoléon III, taillés dans le grès. Non pas de l’IKEA mais du vrai rural, du lourd. Ils encadrent le village. Sculptés sur deux niveaux, ils permettent à ces dames de déposer leurs paniers sur la partie supérieure.

Un village qui fait fort

N’oubliez pas de lever le nez pour bien apprécier l’architecture d’une grande unité des imposantes maisons toutes blanches corsetées dans leurs colombages d’une géométrie savante et qui vous parle : croix, arbre, losange… Encore plus haut : coiffant les cheminées, des « mitres » épousent différentes formes pour empêcher l’irruption de la pluie ou de la neige.

hunspach-RAN5303Il y a tant à voir et à dire de ce village qui décrocha le label si envié en 1982. Un circuit de découverte « Hunspach l’authentique » proposé par l’office de tourisme vous emmène pour une visite de son patrimoine bâti à travers les rues bordées de grandes demeures harmonieusement alignées : rue Principale, rue de la Gare, route de Hoffen, rue de l’Ange, rue des Moutons…

Les amateurs de tourisme de mémoire ne négligeront pas non plus de pousser un peu plus loin jusqu’au fort de Schoenenbourg, le plus important ouvrage de la ligne Maginot visible en Alsace. Un complexe défensif enterré, rattaché à la commune, classé monument historique depuis 1992. Mais ceci est une autre (longue) histoire qui sera évoquée lors d’un tout prochain numéro d’Alsace Tendance(s).


En savoir +

Office de tourisme Tél. : 03 88 80 59 39

Lien Internet


Diaporama

[Not a valid template]

Hey Mann !

Savez-vous décoder un colombage ? Voici qui vous permettra, au cours de vos flâneries hunspachoises, de ne pas avoir l’air totalement sot au milieu de la forêt de charpentes, à haute valeur symbolique, qui vous entoure. Le poutrage peut prendre la forme d’un losange. Comprendre par là qu’un souhait a été formé de mariage fertile. Qui l’eut cru ? La croix de saint André symbolise l’infini et l’immortalité. Pourvu que ça dure ! La chaise curule (un X aux extrémités incurvées) représente le siège impérial, le pouvoir. Tant qu’à faire. Les lettres K, disposés en symétrie, sont appelés « Mann » (comprendre « bonhomme »). Le bonhomme en question fait allusion au maître, dans toute sa virilité et longévité. On comprend mieux comment certaines maisons de Hunspach, animées par un tel esprit de vitalité, restent toutes fringantes, contre vents et marées. On touche du bois !

Focus

Garde-robe d’Outre-Forêt

La sape ! Encore et toujours. Peu de régions françaises peuvent se vanter de posséder un dressing aussi varié dans l’élégance que celle de l’Oncle Hansi. L’Outre-Forêt en est une belle vitrine avec ses cortèges folkloriques qui se déploient lors de fêtes comme celle de la Pentecôte, 49 jours après le dimanche de Pâques. Ici les hommes posent avec le long manteau aux 24 boutons d’ornement (Kirchenmuntzen) et arborent le Nebelspalter (« qui fend le brouillard »), un chapeau porté pointe en avant. Pour les jeunes femmes c’est le Glockenrock, jupe longue et lourde, le plastron richement brodé et la jupe tablier aux larges rubans qui enserrent la taille. Le must de l’élégance vient avec la couronne de mariée fixée dans les cheveux.