Plein Feu

Elle décoiffe !
Elle décoiffe !
A-  |  A+
Accès au contenu enrichi :VidéoJeu Concours

« Antonia » pour les intimes et comme nom de scène ! Antonia qui détonne et brûle les planches dans un style jusqu’alors inédit. Après des études supérieures de lettres, d’ethno, de socio, cette multi-diplômée, parfaite polyglotte, stupéfiante comme imitatrice, dotée d’une voix de chanteuse professionnelle, inépuisable lors d’un numéro de danse déjanté, est un phénomène absolument à part dans l’univers de la comédie francophone.

Nous sommes allés la voir une semaine avant de boucler le magazine au théâtre des Mathurins à Paris où elle se produisait en un one woman show* inclassable et protéiforme. Résultat : avec le public, les joues trempées, nous avons hurlé et pleuré de rire du début à la fin du spectacle !

Il faut croire que la passion de la scène et la soif de se frotter aux spectateurs pour mettre sur le tapis et partager l’effervescence du jeu a été de loin la plus forte chez celle qui aurait pu finir universitaire, chercheuse ou maître de conférences. De la rigueur de ses années studieuses, elle a hérité sans doute la maîtrise des textes car elle écrit elle-même ses pièces et ses propres sketches. De la dentelle en traits de feu.

Et quand elle se pose dans son Alsace natale – à Strasbourg depuis peu – entre deux représentations, elle confie qu’elle rêve de se détendre sous de gros édredons en kelsch dans des décors de pommes de pin et au milieu de sa belle collection de costumes traditionnels alsaciens. Mais la pause est de courte durée et c’est la marathonienne bête de scène qui reprend le dessus car ses fans et son public piétinent et l’attendent.

Un long, long CV de comédienne, l’applaudimètre plusieurs fois cassé lors de passages chez Ruquier sur France 2, elle fait place nette partout où elle passe.

Nous retiendrons de la saga en tout point admirable la charge émotionnelle du geste et la finesse irrésistible du propos qui vous fait basculer, aussi blasé que vous soyez, dans le rire total, implacable, ravageur.

Alors, en wagon de tête de notre magazine, avec la venue de la belle saison, Antonia, c’est sûr, va recharger nos batteries à bloc et nous faire décoller de nos starting… blocks !

* « Travail, famille, poterie », histoire de Madame Cayeux, concierge de son état et plaque tournante d’un petit immeuble où se croisent personnages et points de vue dans un puzzle jubilatoire.

Jusqu’au 3 mai 2014 au Théâtre des Mathurins.

 


Vidéo